Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année VI — Septembre 1863.

 <<< 


DISSERTATIONS SPIRITES.


UNE MORT PRÉMATURÉE.

(Société spirite de Paris,  †  31 juillet 1863. — Médium madame Costel.)

Me voici donc encore sur le théâtre du monde, moi qui me croyais ensevelie pour jamais dans mon voile d’innocence et de jeunesse. Le feu de la terre me sauvait du feu de l’enfer : ainsi je pensais dans ma foi catholique, et, si je n’osais entrevoir les splendeurs du paradis, mon âme tremblante se réfugiait dans l’expiation du purgatoire, et je priais, je souffrais, je pleurais. Mais qui donnait à ma faiblesse la force de supporter mes angoisses ? qui, dans les longues nuits d’insomnie et de fièvre douloureuse, se penchait sur ma couche de martyre ? qui rafraîchissait mes lèvres arides ? C’était vous, mon ange gardien, dont la blanche auréole m’entourait ; c’était vous aussi, chers Esprits amis, qui veniez murmurer à mon oreille des paroles d’espoir et d’amour.

La flamme qui consuma mon faible corps me dépouilla de l’attachement à ce qui passe ; aussi je mourus déjà vivante de la vraie vie. Je ne connus pas le trouble, et j’entrai sereine et recueillie dans le jour radieux qui enveloppe ceux qui, après avoir beaucoup souffert, ont un peu espéré. Ma mère, ma chère mère, fut la dernière vibration terrestre qui résonna à mon âme. Que je voudrais qu’elle devînt Spirite !

Je me suis détachée de l’arbre terrestre comme un fruit mûr avant le temps. Je n’étais encore qu’effleurée par le démon de l’orgueil qui pique les âmes des malheureuses entraînées par le succès brillant et l’ivresse de la jeunesse. Je bénis la flamme ; je bénis les souffrances ; je bénis l’épreuve qui était une expiation. Semblable à ces légers fils blancs de l’automne, je flotte entraînée dans le courant lumineux ; ce ne sont plus les étoiles de diamant qui brillent sur mon front, mais les étoiles d’or du bon Dieu.

***


Nota. — Notre intention avait été d’évoquer dans cette séance cet Esprit, auquel nous savions que beaucoup d’entre nous étaient sympathiques. Des raisons particulières nous avaient fait ajourner cette évocation, dont nous n’avions entretenu personne ; mais cet Esprit, attiré sans doute par notre pensée et celle de plusieurs membres, vint spontanément, et sans être appelé, dicter la charmante communication ci-dessus.



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1863).


.

Ouvrir