Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année VI — Juin 1863.

 <<< 


DISSERTATIONS SPIRITES.


L’AVENIR DU SPIRITISME.

(Lyon,  †  21 septembre 1862. — Médium, Madame B…)

Tu me demandes quel sera l’avenir du Spiritisme, et quelle place il tiendra dans le monde. Il ne tiendra pas une place seulement, il remplira le monde entier. Le Spiritisme est dans l’air, dans l’espace, dans la nature. C’est la clef de voûte de l’édifice social ; tu peux présager de son avenir par son passé, par son présent. Le Spiritisme est l’œuvre de Dieu ; vous, hommes, vous lui avez donné un nom, Dieu vous en a donné la pensée quand le temps est venu ; car le Spiritisme est la loi immuable du Créateur. Dès que l’homme a eu l’intelligence, Dieu lui a inspiré le Spiritisme, et d’époque en époque, il a envoyé sur terre des Esprits avancés qui ont essayé sur les natures corporelles l’influence du Spiritisme. Si ces hommes n’ont pas réussi, c’est que l’intelligence humaine n’était pas assez perfectionnée ; mais ces hommes n’en ont pas moins implanté l’idée, et ont laissé derrière eux leurs noms et leurs actes comme on place un poteau indicateur sur une route, afin que le voyageur puisse retrouver son chemin. Regarde en arrière et tu verras combien de fois déjà Dieu a essayé de l’influence spirite comme amélioration morale.

Il y a dix-huit siècles, qu’était le Christianisme si ce n’était du Spiritisme ? Le nom seul est différent, mais la pensée est la même.

Seulement l’homme, avec son libre arbitre, a dénaturé l’œuvre de Dieu.

La nature a été prépondérante et l’erreur est venue s’implanter sur cette prépondérance. Depuis, le Spiritisme a fait des efforts pour germer ; mais le terrain était inculte et la semence s’est brisée et a frappé au front les semeurs que Dieu avait chargés de la répandre. Avec le temps l’intelligence s’est accrue, le champ a pu être défriché, car l’époque approche où ce terrain doit être de nouveau ensemencé ; le Spiritisme se répand, chacun l’admet ; les plus incrédules même le comprennent, et s’ils ne l’avouent pas, s’ils ferment les yeux, c’est que la lumière éblouissante du Spiritisme les aveugle ; mais Dieu protège son œuvre, il la soutient de son puissant regard, il l’encourage, et bientôt tous les peuples seront Spirites, car c’est là l’universalité de toutes les croyances.

Le Spiritisme est le grand niveleur qui s’avance pour aplanir toutes les hérésies ; il est conduit par la sympathie, il est suivi par la concorde, l’amour, la fraternité ; il s’avance sans secousse, sans révolution ; il ne vient rien détruire, rien renverser dans l’organisation sociale, il vient tout renouer. Ne vois pas là une contradiction : les hommes, devenus meilleurs, rêveront des lois meilleures ; le maître, comprenant que l’ouvrier est de même essence que lui, introduira dans ses transactions commerciales des lois plus douces, plus sages ; les rapports sociaux eux-mêmes se transformeront tout naturellement entre la fortune et la médiocrité ; l’Esprit ne pouvant pas se constituer en majorat, le Spirite sentira qu’il y a autre chose de plus important pour lui que la richesse ; il se détachera de cette pensée d’entasser qui engendre la cupidité, et certainement encore le pauvre profitera de cet amoindrissent de l’égoïsme. Te dire qu’il n’y aura pas de rebelles à ces idées, que tous grandiront universellement fécondés par le flot du Spiritisme, non ; il y aura encore des réfractaires, des anges déchus ; car les hommes ont leur libre arbitre, et, bien que les conseils ne leur manquent pas, beaucoup ne voyant qu’à leur point de vue, que restreint l’horizon de la cupidité, ne voudront pas se rendre à l’évidence. Malheur à ceux-là ! Plaignez-les, éclairez-les ; car vous n’êtes pas leur juge, et Dieu seul est le maître de blâmer leur conduite.

Par l’avenir que je te montre pour le Spiritisme, tu peux juger de l’influence qu’il exercera sur les masses. Comment êtes-vous organisés, moralement parlant ? avez-vous fait une statistique de vos défauts et de vos qualités ? Les hommes légers et neutres peuplent une bonne partie de votre terre ; les bienveillants ont-ils la majorité ? c’est douteux ; mais parmi les neutres, c’est-à-dire parmi ceux qui ont un pied dans la balance du bien et l’autre dans la balance du mal, beaucoup peuvent mettre les deux pieds dans ce plateau de bienveillance, qui est le premier échelon conduisant rapidement aux régions plus avancées. Il y a encore sur le globe une partie d’êtres mauvais, mais elle tend à s’amoindrir chaque jour. Quand les hommes seront bien imbus de cette pensée : que la peine du talion est la loi immuable que Dieu leur inflige, loi bien plus terrible que vos plus terribles lois terrestres, bien plus effrayante et plus logique que les flammes éternelles de l’enfer auxquelles ils ne croient plus, ils auront peur de cette réciprocité de peines, et ils regarderont à deux fois avant de commettre un acte blâmable. Quand, par la manifestation spirite, le criminel pourra pronostiquer le sort qui l’attend, il reculera devant la pensée du crime, car il saura que Dieu voit tout et que le crime, restât-il impuni sur terre, il lui faudra payer un jour chèrement cette impunité. Alors tous ces forfaits odieux, qui viennent de temps à autre apporter leur marque indélébile au front de l’humanité, disparaîtront pour faire place à une concorde, une fraternité qui vous est prêchée depuis bien des siècles ; votre législation s’adoucira en raison de l’amélioration morale, et l’esclavage et la peine de mort ne resteront plus dans vos lois que semblables au souvenir des tortures de l’inquisition. L’homme, ainsi régénéré pourra s’occuper davantage de ses progrès intellectuels ; l’égoïsme n’existant plus, les découvertes scientifiques, qui demandent souvent le concours de plusieurs intelligences, se développeront rapidement, chacun se disant : « Qu’importe celui qui produit le bien, pourvu que le bien se produise ! » Car, en effet, qui arrête souvent vos savants dans leur marche ascendante vers les progrès, si ce n’est la personnalité, l’ambition d’attacher son nom à son œuvre ? Voilà quel est l’avenir et l’influence du Spiritisme sur les peuples de la terre.

(Un philosophe de l’autre monde.)



Il y a une image de ce article dans le service Google - Recherche de livres (Revue Spirite 1863).


.

Ouvrir