Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Qu’est-ce que le Spiritisme.

(Deuxième version.) n

 <<< 


Chapitre II.


RÉSUMÉ DE LA DOCTRINE SPIRITE.

(Sommaire)


PROGRESSION DES ESPRITS.


18. — Les Esprits s’épurent et s’éclairent en passant par les épreuves de la vie corporelle.

La durée de l’existence corporelle n’étant qu’un instant en comparaison de la durée indéfinie de la vie spirite, une seule de ces existences est insuffisante pour la purification complète des Esprits ; c’est pourquoi ils en accomplissent autant qu’il est nécessaire pour atteindre à la perfection.


19. — Dans l’intervalle de leurs existences corporelles, les Esprits sont à l’état errant. L’erraticité n’est point un signe d’infériorité chez les Esprits : c’est leur état normal en dehors de l’existence corporelle, cette existence n’étant, pour eux, qu’un état transitoire et passager. Il y a ainsi des Esprits errants à tous les degrés de l’échelle spirite [à l’exception des Esprits de premier ordre, les purs Esprits].


20. — Le nombre des existences corporelles de chaque Esprit n’est point absolu. L’Esprit s’épure plus ou moins promptement selon sa volonté ; il dépend de lui d’abréger le nombre et la durée de ses épreuves.


21. — L’Esprit qui a passé par toutes les existences corporelles nécessaires à son épuration, n’en a plus à subir : il est pur Esprit, et jouit d’une félicité suprême dans la vie éternelle.


22. — Durant chaque existence corporelle, l’Esprit acquiert de nouvelles connaissances et un surcroît d’expérience qui le fait progresser. Chaque existence est ainsi pour lui l’occasion d’un pas de plus dans la voie de progrès ; c’est pour lui comme les jours dans la vie de l’homme qui peut ou non profiter de l’expérience que chaque jour lui donne.


23. — Ce que l’Esprit acquiert en science et en moralité dans chaque existence corporelle ne se perd jamais. Une existence peut être, pour lui, plus ou moins profitable selon sa volonté ; si elle ne lui porte que peu ou point de fruits par sa négligence, il prolonge la durée de ses épreuves en restant stationnaire, mais il ne rétrograde pas.


24. — Parmi les différentes espèces organiques de la création, Dieu a choisi l’homme pour l’incarnation des Esprits ; c’est pourquoi il se distingue des autres espèces par l’intuition qu’il a de la divinité et de la vie future, la conscience du bien et du mal, son aptitude à comprendre les choses en dehors du monde corporel, et la portée indéfinie de son intelligence, qui n’est pas limitée à l’intérêt de conservation et à la satisfaction des besoins matériels. Les différentes existences corporelles de l’Esprit s’accomplissent ainsi toujours dans l’homme, et non dans aucune autre espèce d’êtres vivants. L’âme, à quelque degré qu’elle soit, a toujours été, est, et sera toujours une âme humaine.



[1] Dans cette DEUXIÈME VERSION de ce livre, publié en 1860, l’auteur présente Qu’est-ce que le Spiritisme sous un nouveau point de vue. Il y a une image de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Qu’est-ce que le Spiritisme.)


.

Ouvrir